Nos services


Derrière tout projet ambitieux, tout défi, tout vœu pieu se dissimulent souvent des obstacles d’ordre humain certes mais également d’ordre infrastructurel et législatif.

A l’époque de la création du Quinquet, il était interdit de mettre au travail un bénéficiaire de Minimex (actuel Revenu d’Intégration Sociale), créant ainsi un seuil d’exclusion supplémentaire.

Le Quinquet franchira un premier pas en obtenant une dérogation signée par Firmin AERTS, alors Secrétaire d’Etat à la Santé Publique. Cette caution officielle – une première dans une Belgique dont les matières en termes d’emploi et de formation n’ont pas encore été communautarisées ni régionalisées – permettra d’accorder aux minimexés (futurs RIS) un défraiement complémentaire à leur allocation sociale dans le cadre d’un « solidarité service » où s’accomplissent des petites tâches de dépannage à domicile et où s’organise un magasin de seconde main.

En 1987, le Quinquet se voit accorder l’une des premières reconnaissances en tant qu’Entreprise d’Apprentissage Professionnel (EAP). Dorénavant, la mise au travail s’accompagnera d’une action de formation professionnelle.

Le projet de réinsertion socioprofessionnelle du Quinquet s’affine, s’officialise mais, bien vite, les premières contradictions, les premiers paradoxes, les premiers « vides ou télescopages juridico-légaux » apparaissent.

Ainsi, à Soignies comme ailleurs en Wallonie, de nombreuses voix s’élèvent mettant en évidence que les heures prestées en EAP  ne donnent pas lieu à un réel emploi, les défraiements accordés ne sont pas des salaires, les heures prestées ne sont pas  valorisables vis-à-vis de l’ONSS et ne peuvent donc être comptabilisées dans l’espoir d’un accès aux allocations de chômage. ….

Les années passeront et la chenille EAP se muera en papillon EFT( Entreprise de Formation par le Travail) et dépendra désormais des instances régionales.

Le secteur va aller en se professionnalisant et le Quinquet va rapidement devenir un projet remarqué dans le secteur de l’économie sociale non marchande. Nos camionnettes et nos équipes de travail vont désormais sillonner les routes de  la ville et de la région allant de chantier en chantier où nos stagiaires sauront valoriser leur savoir être et le savoir faire.

Aujourd’hui, la route tourne à nouveau : les EFT sont devenus  des CISP ou Centres d’Insertion SocioProfessionnelle. Une nouvelle voie s’ouvre au Quinquet dès ce mois de janvier 2017.